avant retour liens histoire philologie archéologie la chaire d’égyptologie du Collège de France

Égyptologue, orientaliste, professeur au Collège de France, académicien, Jean Leclant fut secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres jusqu’à sa mort en 2011. Sa vie et son œuvre scientifiques se confondent ; elles ont été entièrement dédiées à l’étude de la vallée du Nil et à tout ce que vers quoi sa curiosité l’entraînait : des premières dynasties jusqu’à l’époque hellénistique et romaine, des mondes classiques, orientaux et africains, peu de choses lui échappaient. Il était, en outre, parmi les rares savants capables d’accorder les sciences du passé aux réalités d’un échiquier politique contemporain : il a ainsi représenté l’archéologie pendant près de cinquante années, avec les succès que l’on connaît. Jean Leclant laisse derrière lui une œuvre consacrée à la science, à son organisation, à son administration et, d’une façon plus générale, à la connaissance.
Il a reçu de nombreux titres et exercé des fonctions qui auraient pu occuper plusieurs vies : professeur, secrétaire général de la commission des fouilles, président de nombreuses institutions, mais également préfacier, chroniqueur, rapporteur, chercheur, éditeur, directeur de publication ou conseiller scientifique. Avec une incroyable prodigalité, Jean Leclant a été tout cela pendant plus de soixante ans. L’œuvre qu’il laisse à la communauté scientifique est hors norme : plus de 1950 titres ont pu être recensés ! Peu de savants ont eu une telle production : il rejoint ainsi un autre égyptologue, Gaston Maspero, pour lequel il avait une grande admiration.
Nous présentons ici le travail d’un grand savant pour lequel, comme le disaient les anciens Égyptiens, nous pouvons assurer que « rien de tel n’a été réalisé auparavant » •

 

Collection « études d’égyptologie », n° 17, dirigée par Nicolas Grimal, professeur au Collège de France, éditions Soleb.